Logo Le Quotidien du MédecinLe ticagrelor s’invite dans l’ambulanceLes résultats de l’étude Atlantic, présentés lors du congrès européen de cardiologie par le Pr Gilles Montalescot (Pitié-Salpétrière, Paris) montrent que si l’administration pré-hospitalière n’améliore pas l’efficacité globale du ticagrelor (Brilique) chez des patients présentant un STEMI et hospitalisés pour un geste de revascularisation, l’administration précoce – d’ailleurs préconisée dans les recommandations – permet de réduire la fréquence d’une complication majeure, la thrombose sur stent.
L’étude Atlantic a inclus 1862 patients présentant un infarctus du myocarde avec sus-décalage de ST (STEMI) qui après randomisation et en double aveugle ont reçu une dose de charge de 180 mg de ticagrelor, soit avant l’hospitalisation, soit à l’arrivée, dans l’unité de cardiologie interventionnelle où était réalisée la revascularisation. Par la suite, tous les patients recevaient 90 mg x 2/j de ticagrelor pendant 30 jours, la poursuite du traitement du traitement étant préconisée pendant un an.

La première et grande surprise reconnait le Pr Montalescot, vient de la rapidité d’administration du produit bien sûr dans le bras pré-hospitalisé mais aussi chez les patients recevant le ticagrelor à leur arrivée à l’hôpital. Si bien que l’administration pré-hospitalière ne fait gagner que 31mn alors que les investigateurs tablaient plutôt sur une heure (en raison, notamment de la diversité des 13 pays ayant inclus des patients). Ce phénomène explique sans doute que l’on ne puisse pas mettre en évidence de supériorité significative du protocole préhospitalier sur les critères principaux d’évaluation (résolution de 70% ou plus du sus-décalage de ST; flux TIMI grade 3 dans l’artère liée à l’infarctus). D’ailleurs, un effet positif se dessine, après l’acte de revascularisation.
L’effet morphine
Autre demie-surprise, le bénéfice du protocole pré-hospitalier est significatif (p=0,005) chez la moitié des patients n’ayant pas reçu de morphine pour calmer la douleur (on sait qu’elle a été accusée de ralentir l’absorption de certaines molécules dont les anti-plaquettaires). Le Pr Montalescot retient surtout la réduction de la fréquence des thromboses sur stent, avec le protocole préhospitalier : cela à 24h (0 vs 0,8%, p=0,0078) comme à 30 jours (0,2 vs 1,2%, p=0,023).
Un élément qui plaide fortement en faveur d’une administration précoce, d’autant que la tolérance est équivalente dans les deux groupes.
« De plus, conclut Gilles Montalescot, il n’est peut-être pas mauvais de procéder à l’administration de l’antiplaquettaire avant l’arrivée dans la salle de cathétérisme où les équipes ont beaucoup d’autres problèmes à gérer ».

Par le Dr. Alain Marié – Le Quotidien du Médecin : Article original